Pirates 1 - Le prisonnier du capitaine

0

374

Pirates 1 - Le prisonnier du capitaine

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 17 points de fidélité.


Homoromance

Lydasa

16,11 €

On raconte que les pirates étaient des êtres sans foi ni loi, des criminels seulement attirés par les trésors et les richesses des bateaux qu’ils accostaient. Du moins, c’est ce que relatait la mère de Raphaël quand il était enfant.
La veille de partir en mer, les légendes lui reviennent en mémoire, mais à bord d’un navire de l’armée il ne craint rien. Malheureusement, une tempête frappe l’équipage, qui finit par sombrer sous des vagues démentielles. Il pense que sa vie va s’achever sans même avoir commencé.
Un navire au pavillon noir arrive auprès des naufragés quelques jours plus tard, il se retrouve prisonnier du plus grand criminel des mers, le capitaine Samuel Blackstone, un homme des plus mystérieux qui pose sur lui un étrange regard, lui laissant alors croire que sa vie va basculer.

Plus de détails

  • Livre papier
  • Numérique (Epub)

Extrait :

En quelques heures, on découvre ce qu’est la définition de cauchemar. Des vagues gigantesques passent par-dessus les rambardes, emportant presque tout sur le pont. Je suis mouillé jusqu’à l’os, secoué de frissons glacials. Je sens mes muscles se tétaniser sous les efforts que je produis. Nous essayons de replier toutes les voiles pour que le bateau ne soit pas pris dans les rafales. L’une d’elles se déchire sous nos yeux, coupant en deux les armoiries qui y étaient brodées. Des hommes se font emporter par la force de la voilure ; accrochés à la corde pour la maintenir, ils se font soulever dans les airs comme s’ils ne pesaient rien. Face à la force de la nature, ils ne sont effectivement rien. La foudre frappe autour de nous, épargnant pour le moment les mâts du navire.
L’amiral s’est réfugié dans la cabine avec ses généraux, laissant le soin à l’équipage de gérer seul la furie de l’océan. Je suis avec Grégoire à resserrer petit à petit les nœuds des cordes qui maintiennent les voiles fermées. Les vagues nous aspergent à chaque remous, faisant grincer les cordes entre nos mains. J’entends alors un hurlement, une vague plus forte que les autres vient de faucher plusieurs hommes, les projetant contre les rambardes. L’un d’eux passe malheureusement par-dessus bord en hurlant de désespoir, happé par la noirceur des eaux. Je n’ai pas le temps de me sentir crispé que, juste devant moi, le taquet en bois est arraché par la force de la voile. Celle-ci se déploie dans un claquement sec et, au même moment, la foudre tombe sur le dernier mât.
Des hommes se ruent au sol en hurlant de peur, l’amiral sort de sa cabine pour constater par lui-même la catastrophe. Heureusement, le feu ne prend pas, mais un autre coup de foudre tombe sur le mât principal, le faisant exploser de l’intérieur. La grand-voile qui venait de se déployer prend feu immédiatement. Le mât se tord dans un bruit sinistre avant de finalement vriller complètement, emporté par la voilure en feu. Celui-ci tombe sur le pont, écrasant des hommes qui se trouvaient là au mauvais moment. Je ne sais pas si les craquements que j’entends sont le bruit du mât ou le bruit des hommes en dessous.
Je sens petit à petit la peur me gagner, les choses semblent prendre un tournant désastreux. Je cours sur le pont pour aider des hommes qui se battent avec une corde pour qu’un mât ne cède pas sous la voile gonflée. Une vague plus forte bouscule les hommes qui lâchent la prise sur la corde. Elle se tend violemment, faisant craquer le pont avant de briser le taquet. La foudre frappe de nouveau et le mât vrille, arrachant toutes les cordes qui le retenaient, emportant des hommes par-dessus bord.

Découvrez aussi
Product successfully added to the product comparison!