Charlotte de Savigny 2 - La révolte d'une marquise

0

538

Charlotte de Savigny 2 - La révolte d'une marquise

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 19 points de fidélité.


Romance historique

Line Gagliano

18,01 €

1789 : le désordre règne désormais dans la ville de Paris jusque dans tout le royaume de France, en pleine Révolution française. Charlotte, Édouard, et tous leurs amis demeurent plus que jamais inquiets et incertains, mais désormais poussés et animés par l’espoir qui s’ouvre enfin à eux.
Après une prise de la Bastille difficile, nos amis endeuillés doivent désormais faire face à l’insécurité, et commence ainsi pour eux une vie mouvementée et agitée, toujours guidée par la voix du peuple plus que jamais bafouée. Dans l’ombre se tapit Armand, plus déterminé que jamais à récupérer son épouse, en utilisant tous les moyens mis à sa disposition et toute sa perfidie poussée à son maximum.
Entre conflits politiques, familiaux et personnels, dans le chaos et la frayeur d’un avenir incertain, nos héros feront face à la réalité tourmentée de cette période délicate de l’histoire de France, en quête perpétuelle d’un renouveau, espérant une vie calme et apaisée, loin des tensions éprouvantes.

Plus de détails

  • Livre papier
  • Numérique (Epub)

Extrait :

Le 14 juillet 1789
Hospice des Invalides

Les hostilités avaient démarré à l’instant même où Édouard avait passé cette lourde porte en bois. Sa silhouette s’effaça douloureusement pour laisser sa place aux premiers blessés qui accouraient déjà vers nous, dans un état critique pour la plupart d’entre eux. Ainsi, laisser partir l’amour de ma vie dans le chaos, la violence et la guerre fut la décision la plus difficile de toute ma vie, simplement, pour ne pas m’enfoncer davantage en enfer, je n’y pensais plus. Nos blessés demandaient de nous la plus grande concentration et la plus grande force d’esprit dont nous savions faire preuve, et cela aidait considérablement à rassembler mes idées dans un endroit plus rationnel. Édouard n’était plus là, mes plus proches amis non plus, pourtant, ce n’était rien de plus que ce que nous avions tous voulu.

Les coups de canon avaient commencé à retentir très tôt le matin, et la proximité étroite de l’hospice avec le champ de bataille nous avait permis d’accueillir les blessés de guerre très rapidement. Dotée d’une organisation sans faille et d’une belle expérience, sœur Élise supervisa ses guérisseuses d’une poigne forte et douce à la fois. Elle coordonnait les arrivées, triant les blessés graves et ceux qui pouvaient attendre encore un peu. Quant à moi, étant une des guérisseuses les plus formées du groupe, j’étais appelée pour les soins d’urgence des hommes dont la vie était en danger. Malgré moi.

Découvrez aussi
Product successfully added to the product comparison!